Florent Peterschmitt

Namasté Népal - #1

Voyage du 11 Avril au 5 Mai 2017

Vingt-quatre jours au Népal, seul, avec un sac à dos trop lourd, un appareil photo, mon téléphone et une batterie externe pour seuls gadgets électroniques, et aucune idée de ce que qu’il se passera ni de où j’irai vraiment.

Je prévois de découper le voyage en plusieurs articles, d’habord pour raconter les différentes étapes principales du voyage, au nombre de 5/6, et éventuellement un article supplémentaire, une sorte de conclusion sur l’ensemble du voyage.

Un total de 6 à 7 articles à venir. L’ensemble sera écrit après mon retour, je me suis contenté de prendre des notes sur un carnet durant le voyage.

Au sujet du contenu des articles, ça comprendra la quasi totalité de ce que j’ai pu vivre et voir, y compris des détails qui pourraient paraître insignifiants, mais qui pour moi sur place, étaient significatifs. Veuillez également excuser l’orthographe approximative… et le français approximatif en général.

Et comme je suis toujours utilisateur de GNU/Linux, les quelques images DNG (format standard RAW) ont été converties en JPEG grâce à dcraw et ImageMagick, voyez plutôt :

#!/bin/sh
for i in $(find . -name "*.DNG"); do
    imgname=$(echo $i | sed -re 's/(.*IMGP[0-9]+).DNG$/\1/g')
    jpg=${imgname}.JPG
    if [ ! -f $jpg ]; then
        dcraw -w -T $i && convert -quality 90 ${imgname}.tiff ${imgname}.jpeg && rm -f ${imgname}.tiff
    fi
done

for i in $(find . -name "*.jpeg" -or -name "*.JPG"); do
    convert $i -resize 30% $i.small.jpeg
done

for i in $(find . -name "*.small.jpeg"); do
    imgname=$(echo $i | sed -r 's/(.*)(\.jpeg|\.JPG)\.small\.jpeg$/\1.jpeg/g')
    mv $i $imgname
done

Enfin, n’hésitez pas à me poser des questions en commentaire, c’est fait pour ça ! Et peut-être que ça alimentera l’article final, car il se peut que ça soit intéressant :)

Départ - 10 Avril

Ben ou pas, déjà ! J’ai raté l’avion. Tant pis, j’en reprends un autre, avec onze heures d’attente à Bombay. Fantastique…

En survolant Bombay (Mumbai), on void déjà des bidonvilles partout, amassés entre de plus grands bâtiments, qui n’ont de toute façon pas l’air plus en forme que ces bidonvilles.

L’aéroport est entouré de bidonvilles. Premier choc.

On attend onze heures et puis, de bon matin, on décolle pour Kathmandu. Trois petites heures d’avion seulement.

Kathmandu - 11 Avril

« Mais qu’est-ce que je vais faire ici ? Qu’est-ce qu’il m’a pris de venir ici ! »

Et puis je me souviens que je voulais aller en Asie depuis quelques années, déranger mon petit confort et changer d’air.

Pour le coup, l’air a bien changé ! Je me fait tout juste embarquer par un taxis que je découvre l’air local : poussiéreux, pollué à l’essence plombée, s’engouffrant dans les rues défoncées et nues de la ville.

Les routes ont subi le tremblement de terre de 2015 : celles qui étaient faites de macadam sont coupées en deux et les crevasses remplies avec de la terre. Mais ça c’était un grand axe, les routes menant au plus près des habitations sont en terre.

Ça pique le nez et on a une furieuse envie de cracher cette glaire qui deviendra bientôt l’embryon d’une sculpture en terre cuite. Les Népalais le font, tout le temps.

C’est fascinnant de se dire qu’on a respiré de la poussière chargée par tous les crachats de la ville. Ça fait les défenses naturelles…

photo

photo

Le taxi m’enmène au centre ville après être passé par l’hôtel où je logerai pour quelques nuits.

On finit donc par arriver au centre, « here is the Thamel » qu’il me dit. Boutiques à touristes, vêtements de trekking sans marque et apparemment contrefaits, selon le taximan. Les rues sont vraiment très serrées, le taxi s’y enfonce, franchement on aurait pu continuer à pied plutôt que d’encombrer le passage.

Le taxi travaillait avec une agence de trekking, et c’est pour ça qu’on est allé au centre ville. C’était clairement affiché dès le début, pas de souci pour ça. Discussion d’une grosse heure avec le gars de l’agence, et c’est parti pour onze jours organisés : parc national de Chitwan, Pokhara (quatre jours où je fais comme bon me semble) puis un trek de huit jours dans la vallée de Langtang. Départ le 13 Avril.

Je me fais déposer à l’hôtel, « Dormitory Nepal » si un jour vous comptez y aller. C’est peu cher (5$ la nuit dans le dortoire) et très bien entretenu. Le seul problème c’est qu’il ne faut pas avoir peur de marcher pour rejoindre le centre : cinquante minutes. Comme j’avais prévu de me perdre dans la ville, et donc passer bien plus d’une heure sur les trajets, ça ne me posait pas de problème.

Le temps de regarder un peu la carte de la ville sur Maps.ME (openstreetmap sous le capot), et zou on va chercher à bouffer. Le repas dans l’avion était suffisant mais à 17h y fait déjà faim.

Je marche donc. Autour de l’hôtel il y a principalement de grandes maisons individuelles, fermées par des portails, ou de petits appartements à trois, quatre étages maximum, dont on devine les pièces petites et carrées. C’est très calme et ça semble être une zone assez riche de la ville. Ce qui n’empêche pas les routes d’être en terre !

Je rejoins le même grand axe de tout à l’heure, mais en sens inverse, pour y trouver un restaurant. Il y en a partout, et de différents types. De gros restaurants aseptisés destinés aux touristes, voire touristes fortunés, juste à côtés de petites canfouines, parfois sans vitres, tout ça au bort de la route générant son nuage de poussière.

Les trottoirs sont hauts et ravagés, mieux vaut regarder où on met les pieds. La circulation est dense et pour traverser, pas de passage piétons ou pas vraiment. Il vaudra mieux attendre une accalmie et traverser gentillement, en n’hésitant pas à s’arrêter en plein milieu de la route pour laisser passer une rafale, avant de continuer. Il faut rester vigilant, les piétons ne semblent pas avoir la priorité.

photo

Sur le chemin, un type est en train de refaire l’appentis de son restaurant. Un bout de tôle pliée, qui a manifestement subit un quelconque sévice, auquel était suspendu un gamin afin de maintenir le tout proche d’une poutre en bois, pendant que le père / frère / quelqu’un était en train de marteler sur de gros clous.

Je trouve une boutique, ça vend des momos, sortes de ravioles en boule fourrées avec divers ingrédients : mélange de légumes épicés ou viande. En l’occurrence, mauvaise pioche, c’était pas très bon et à croire que ça a été mélangé avec du sable. Ah ben c’est ça aussi, on veut faire le malin en bouffant local, et voilà ce qui arrive quand on ne connaît pas !

Le resto était une simple pièce carrée, avec deux planches fixées au mur en guise de table, et des tabourets tressés pour se reposer sur son arrière train. Mes genoux touchent la table.

Derrière la seule vitre du petit restaurant, une sorte d’énorme cocotte-minute renferme les momos, cuits à la vapeur. Je n’ai jamais vraiment pensé à faire de belle photo des ustensiles, honte à moi.

photo

Ce n’est pas ce resto là, je n’ai pas pris de photo du vrai, mais ça ressemblait à ça, une vitre en moins.

On me sert donc une assiette, une cuillère, une sauce qui arrache la langue, les gencives et les dents avec, et une bouteille d’eau dont je ne connais pas la provenance, et n’y ai donc pas touché. Dans mon guide papier, il est bien dit qu’il ne faut surtout pas boire autre chose que de l’eau en bouteille, sous scellé (un ruban de plastique autour du bouchon jusqu’à la base du goulot) : il n’y a pas d’eau courante sauf à quelques endroits publiquement accessibles et cette eau là est contaminée par divers germes et métaux lourds.

Aller hop, on se rentre à l’hôtel, la nuit est tombée. Je manque de me faire renverser par une moto dont le phare n’était pas allumé. Et ce fou furieux m’a hurlé dessus une fois passé derrière moi.

Avant de se coucher, vu qu’on se sent comme recouvert d’une épaisse couche de crasse, on commence par prendre une douche, mais avant de prendre la douche, on s’adapte : la salle de bain comprend un lavabo, un toilette, un robinet, un pomeau fixe et une évacuation d’eau dans un coin de la pièce, le tout sans aucune espèce de petite cloison ni rideau. Donc déjà, si on ne veut pas innonder ses fringues posées sur le bord du lavabo (à défaut de crochet, paix à son âme), on va prendre sa douche en se contortionnant comme un vers sous le robinet se trouvant à un mètre du sol. Et puis ensuite on découvre que l’eau chaude est un luxe, donc on se grouille parce que c’est froid ! Enfin ça va, on est dans la vallée, la journée il fait chaud. Vous allez voir, lors du quatrième article, que c’est très différent en montagne !

Je mets ma grosse batterie externe en charge, de crainte de manquer d’électricité un jour ou l’autre. Les hôtels sont pourvus de batteries afin de contourner les phases où l’électricité est coupée, mais on ne sait jamais.

S’endormir est un peu difficile, la poussière est présente absolument partout et râcle les voies respiratoires. En plus, des chients aboient. Beaucoup. En fait, dans les rues il y a des chiens errants, et la nuit, ils se parlent. J’ai pensé à prendre des bouchons d’oreille, j’ai bien fais. Mission impossible sinon !

Je suis seul dans le dortoire, pratique.

Kathmandu - 12 Avril

baille

s’étire

ouvre les yeux, il fait jour.

quelle heure est-il ?

CINQ HEURES ET DEMI ????? Ah nan… dodo là…

À 5h30 environ, il fait jour et toute la ville est debout, les chiens on arrêtés de hurler à la mort et la poussière vous caresse délicatement, mais sûrement, le museau.

Petit dej à base de pommes de terre, œufs et un jus de fruit, et zou dans la ville, direction le centre, Thamel. Les mêmes scènes qu’hier se déroulent sous mes yeux : poussière, trafic encombré, chiens errants, petites boutiques vendant tout un tas de conneries à bouffer (chips, sodas…) mais surtout des bouteilles d’eau. « Namasté » les mains jointes et un sourire immédiat apparaît. On demande sa bouteille d’eau à 20 roupies, et on repart. Il y a des bâtiments lézardés, voire abandonnés pour certains tellement ils sont habimés. Les bâtiments sont en brique ou en béton, d’ailleurs en survolant KTM on voit énormément de fabriques de briques. Le béton, c’est pour plus tard. Le réseau électrique aussi est dans un état franchement catastrophique. La plupart des potaux portent des fils coupés trainant sur le sol, quand d’autres servent de « routeurs ».

photo

photo

D’ailleurs, rares sont les petites boutiques à avoir de l’électricité, et ce même la nuit. La plupart est plongée dans le noir. Il n’y a que les boutiques à touristes qui sont éclairées.

Bref, je me promène, de « stupa » en stupa.

photo

photo

On me propose de la marijuana, d’acheter des bonnets, des tshirts, des taxis… bref, je suis un touriste et ça se voit. Quand un bonhomme d’une vingtaine d’année me tombe dessus et me propose de me faire visiter la ville. Un peu naïf (pour ne pas dire un peu con) j’accepte son aide avant de vite comprendre qu’il cherche rétribution. Pourquoi pas après tout, du moment qu’il ne me raconte pas des salades. Il était habillé avec une polaire noire, par temps de plein soleil. Un peu plus tard je découvrirai que c’est bel et bien sa seule fringue disponible. Imaginez-vous une seconde n’avoir tellement rien en revenus que vous ne pourrez porter qu’un seul vêtement toute l’année.

Du coup on fait un tour dans la ville pendant trois bonnes heures, à différents endroits. Le mélange de temples boudhistes et hindous, d’architecture Newar et médiévale coincée entre des bâtiments de brique est atypique.

photo

photo

Quand on marche autour de ces temples, il faut impérativement tourner dans le sens horaire afin de ne pas s’attirer d’ennuis. Quand on sait qu’il y a des temples en plein milieu des routes, on est tenté de croire que c’est la raison pour laquelle tout le monde roule à gauche ! Une autre hypothèse serait que la présence des britanniques au Népal par le passé a pu influencer le pays.

photo

photo

photo

Quelques rares maisons ont encore une allure médiévale. Elles ont bien souffert.

photo

photo

Ça, c’est un petit temple dédié aux dents. Selon mon guide improvisé, Sanjay, les gens venaient ici clouer une pièce en espérant que cela les soigne de leurs maux de dents mais « quand les gens s’aperçoivent que ça ne fonctionne pas, ils vont voir les vrais dentistes, qui sont tous dans la rue juste en face ! » me dit-il avec un sourir un peu moqueur.

photo

Un autre temple, avec des boutiques de poteries tout autour.

photo

Pour faire une photo sans un panneau publicitaire, c’est difficile… entre ça, les fils électriques et la circulation, on est pas rendu !

photo

photo

Une petite ruelle dédiée à ces dames.

photo

Oui oui je sais, la photo est bancale.

photo

photo

On prend un taxi pour aller voir le plus gros stupa bouddhiste de la ville, dont j’ai eu la bonne idée d’oublier le nom. L’entrée est payante, 250 roupies pour les étrangers et quelque chose comme 30 pour les locaux.

photo

Ganesh, divinité Hindou, est un peu partout dans les maisons mais aussi dans les cabines des bus et camions. Je suppose qu’ils en sentent le besoin, vu le chaos qui règne sur la route : on déboite sans regarder ce qu’il se passe derrière, ni vraiment devant en fait, on se double en forçant le doublé à freiner si quelqu’un arrive en face, ça freine, ça reprend… et les accidents arrivent !

On finit quand même par arriver au stupa, et en un seul morceau :p

photo

photo

photo

photo

photo

On fera tourner cette roue dans le sens horaire en prononçant le mantra « Om mani padme hum », pour s’attirer la bonne chance.

photo

photo

J’ai bien plus de photos, mais le volume de 2.5GB fait qu’il sera impossible de tout uploader.

Sanjay me propose de venir chez lui prendre le thé. À vrai dire je me doute un peu que ça ne sera pas que pour prendre le thé, car au cours de la visite il m’a raconté que depuis la mort de son père, enseveli sous sa propre maison pendant le tremblement de terre, il n’avait plus de revenus suffisants. La mère mendie, sa sœur ne peut pas aller à l’école (~200$ / an, sans compter le matériel et l’uniforme, ce qui est énorme pour eux) et lui ne peut plus y aller. Étudiant en histoire de l’art, il s’improvise guide, avec le risque de finir en prison car il est interdit d’exercer sans une licence.

photo

photo

photo

Évidemment, je ne m’attendais pas à une situation reluisante. L’endroit pue, est envahi par les mouches (qu’on ne voit pas sur la photo), et j’ai eu la bonne surprise de voir une puce grimper sur mon sac à dos. Heureusement pas de piqûre ni d’infestation. Une pompe est disponible pour ce bout de “quartier” pour obtenir de l’eau, polluée sans aucun doute.

Ensuite, j’ai eu droit à un sketch où ce fameux Sanjay m’a, pour faire simple, demandé 200$ afin de lui acheter une « boîte » pour cirer et réparer les chaussures. Un peu plus tard, je comprendrai qu’il s’agissait d’une arnaque totale. Je lui ai laissé de l’argent pour la visite, et un peu plus, mais certainement pas 200$.

photo

photo

Bref, je repars, me perds dans les hauts de la ville.

photo

photo

photo

photo

photo

Oui oui, c’est bien de la viande derrière ce simple grillage à l’air libre ! Mais il y a pire. J’ai vu de la viande directement accessible, ou couverte sous un linge. Les mouches sont omniprésentes dans ces cas là.

photo

photo

photo

photo

photo

photo

photo

photo

photo

photo

photo

photo

photo

photo

Je passe par la rivière Bagmati, puante et dégueulasse.

photo

photo

photo

De la poussière, toujours et encore.

photo

Les camions de transport au Népal, c’est quelque chose ! Ils sont tous comme ça, décorés de partout et avec des klaxons dignes d’une fanfare ! Certains ont également de la ferronnerie tout le tour de la benne.

photo

Une école, avec une phrase écrite au dessus de chaque salle de classe.

Je finirai la marche par tomber sur une petite famille et quelques amis (à eux évidemment) m’ayant invité à boire un coup. Un alcool blanc, trouble, au goût de Saké. J’étais à quelques minutes de l’hotel, il commençait à faire nuit, quand j’entends un timide « Hello ! » derrière moi. Je me fais violence, me retourne et tente de discuter avec le gaillard, celui tout à gauche sur la photo.

photo

Ils m’ont également proposé de dormir ici, mais avec le bordel que serait le lendemain, il était plus sage de rentrer meuson. À la lampe torche, vu que le quartier était complètment plongé dans le noir !

Divers nepal

Comments